The opinions expressed on this blog, written or on videos are PERSONAL and do not necessarily represent the opinions of my employer.
The story in the novel is a work of fiction, any resemblance to people, brands, institutions, events or real locations is purely accidental. The characters in the novel are imagined and do not necessarily express the views of the author.

Que faut-il craindre? Que le virus ebola en Guinée ne se propage au reste du monde (lire) ? Que le volcan sous-terrain de yellowstone (USA) entre en éruption (lire)? Que la caverne en-dessous de la doline de Bayou (lire) en croissance perpétuelle ne s’effondre ? Alors que la société Crosstex a stocké une énorme quantité de butane dans cette caverne avec un risque de méga explosion (lire) ? Que les vents et les courants marins ne propagent la contamination de Fukushima ? Une éruption solaire induisant des surtensions électriques fatales (lire) etc . « Carpe Diem », il est impossible de prédire ce genre d’évenements mais les catastrophes financières, elles, sont bien plus prévisibles :

Ces derniers jours, avec la parution du livre de M.Lewis, la grande presse découvre « avec stupeur » l’existence et l’action malfaisante des “High Frequency Trading Program (HFTP)” (lire et lire et lire et lire et lire et lire et lire et lire et lire et lire et lire etc). Officiellement ces algorithmes apportent de la liquidité sur les marchés car ils sont capables d’effectuer 150 transactions (achats ou ventes) en un battement d’aile d’une mouche tsé-tsé (soit 1 milliseconde) . En réalité je pense qu’ils servent essentiellement à tondre les investisseurs plus lents (c.à.d. les humains). En 2009 déjà, le professeur Zhang de la « Yale School of Management » avait calculé que 70% du volume des transactions sur les bourses américaines provenaient de ces HFTP. Depuis 2009 de très nombreux articles dénonçant ces HFTP ont été publiés dans la presse alternative et moi-même j’avais exposé ce grave problème en 2009 (lire et lire). Par contre ce dont la grande presse ne parle absolument pas c’est l’action nuisible de ces HFTP sur le cours de l’or et du silver (lire). Or comme je l’ai souvent écrit, le cours de ces métaux précieux est le meilleur indicateur de crise qui soit, d’où l’importance pour les banques centrales de contrôler ce cours avec la complicité de certaines banques commerciales.

Signe que le vent est en train de tourner, Goldman Sachs annonce que non seulement il ne va plus utiliser les HFTP mais qu’en plus il renonce à être un « Designated Market Maker » sur le NYSE et surtout qu’il va fermer son Dark Pool Sigma X (une des plus grosse « bourse privée » au monde lire) (lire).

Ukraine

Une déclaration de l’oligarque Ukrainienne Ioulia Timochenko, ancienne première ministre, donne le ton: “Il est temps de prendre nos armes et d’aller tuer ces maudits russes ainsi que leur leader” (lire). Dans ce climat, la situation en Ukraine continue à dégénérer (lire et lire) : le pays a conclu un accord de principe avec le FMI pour recevoir 27 mlds de USD (lire), la Chine exige le remboursement d’un prêt de 3 mlds de USD (lire), la Russie envisage d’exiger le remboursement d’un ancien prêt de 20 mlds de USD (lire) et bien entendu Gazprom refuse de continuer à livrer à l’Ukraine du gaz à tarif préférentiel (lire). Pour rembourser ses dettes, le pays se prépare à une série d’augmentation de taxes et on peut s’attendre à une fuite des capitaux avant ce tsunami fiscal (lire). La Russie et l’Ukraine sont de gros producteurs de céréales et se disputent ces dernières années la place de troisième exportateur mondial. On peut craindre des flambées sur les marchés alimentaires (voir fin de cet article). Les troubles se propagent à l’est du pays (lire) mais le risque majeur est de voir des mercenaires étrangers provoquer des incidents pour faire monter la tension (lire et lire). Comme ce fût déjà le cas avec les snipers tirant à la fois sur la police et sur les manifestants (lire)  juste avant le putsch. D’ailleurs des attaques sous fausse bannière (false flag) sont vieilles comme le monde (lire ici pour les plus récentes)

Un débat démocratique en Ukraine dans un parlement dominé par des ultra nationalistes (voir)

Russie

Est-ce que les méchants Russes veulent envahir la gentille Ukraine comme le prétend la grande presse atlantiste? Je ne crois pas que les choses soient aussi simples. Alors que la France s’apprête à livrer des bateaux militaires à la Russie (lire), des grands patrons allemands protestent contre les sanctions et le risque économique qu’elles entraîneraient pour l’Allemagne (lire). D’ailleurs la presse allemande est beaucoup moins angélique que les autres presses européennes envers l’Ukraine et n’hésite pas à montrer comment les USA ont financé le putsch ukrainien (voir). De manière générale l’Europe en crise a beaucoup à perdre sur le plan économique en se brouillant avec la Russie (lire) car la Russie n’est pas qu’un simple fournisseur de gaz (lire). Cette brouille ne ferait que renforcer les liens Russie-Chine-Iran (lire et lire) et les US ont déjà réagi vigoureusement contre toute tentative de la Russie de conclure des accords pétroliers ou gazier avec ces 2 pays (lire). Déjà que la Russie souffre d’une fuite de capitaux, que Mastercard et Visa bloquent certaines transactions (lire) assez étrangement JP Morgan a décidé unilatéralement de bloquer un transfert d’argent russe ce qui a provoqué une vive réaction de Moscou (lire). Les prémices d’une guerre financière? Souhaitons que ce ne soit pas le cas mais en attendant c’est sans surprise que la Russie prévoit d’augmenter son budget militaire (lire)

USA

Les Etats-Unis veulent nous faire croire que l’économie américaine s’améliore et la meilleure preuve serait le niveau des bourses. Comme si les bourses reflétaient encore l’économie réelle ? 21% des américains estiment avoir du mal à se nourrir (lire), le commerce souffre (lire), le pays se désindustrialise comme jamais (lire), l’économie réelle ne s’améliore pas (lire), l’achat de titres à crédit sur la bourse n’a jamais été aussi haut (lire) et en réalité la bourse est en mode bulle (lire et lire et lire) dominée par des programmes qui se moquent totalement de l’économie réelle.  La bulle des prêts aux étudiants ne cesse de gonfler la seule inconnue est la date de l’explosion (lire et lire et lire).

Mais me direz-vous, on lit partout que le marché hypothécaire est ressuscité grâce à la Fed. Vraiment ?

Les nouveaux crédits hypothécaires sont en chute libre (lire), le nombre d’acheteurs d’une première maison est en forte diminution (lire), les ventes de maisons existantes sont en chute (lire). Il faut en moyenne 3 ans pour qu’une banque vende une maison saisie (lire). Une bonne affaire pour les occupants qui peuvent profiter gratuitement de la maison. Néanmoins une maison saisie sur 5 reste à l’abandon (lire). Qui peut dire que cela témoigne d’un marché hypothécaire en reprise ?

Jusqu’à quand les Chinois, Russes et autres hedge funds vont payer cash de l’immobilier américain dans certaines villes (lire) ? Ce qui rend localement les maisons inabordables pour l’Américain moyen (lire) et donne une illusion d’une reprise au niveau national. Mais le nouveau modèle spéculatif « acheter de l’immobilier cash pour le louer » donne des signes de ralentissement (lire) et les investisseurs découvrent que même un locataire a besoin d’un revenu pour payer son loyer !

Pour terminer sur ce pays, on se fait souvent des illusions sur les EU et le lecteur curieux trouvera ici, 55 faits a priori inattendus.

Chine

Il n’y a pas que les Chinois qui étouffent,

le système financier lui aussi suffoque. Si on voulait résumer en quelques mots, on pourrait dire que la Chine est le plus grand montage financier frauduleux qui n’ait jamais existé (lire et lire) et  les institutions financières chinoises commencent à enregistrer des pertes sur créances irrécupérables (lire).

La Chine est confrontée à une série de problèmes : ralentissement économique, le « shadow banking », une difficile transition entre une économie dominée par l’exportation vers une économie basée sur la consommation intérieure, des besoins militaires (réels ou pas) croissants, des campagnes anti-corruption, le contrôle du taux de change du Yuan, la nécessité de laisser certaines entreprises faire faillite sans pour autant provoquer une panique, etc

Tel un Titanic la Chine coule. Au début presque personne ne le remarque, la fête continue. Après tout, ne dit-on pas que le gouvernement dirige tout et ne laissera pas le navire prendre l’eau. C’est perdre de vue que la Chine, contrairement aux US, veut maintenir le taux de change de sa devise et ne peut donc pas imprimer librement de la monnaie fraiche pour prolonger l’agonie de son secteur financier (lire). Et c’est ainsi que deux autres grosses entreprises viennent de mourir sans le moindre sauvetage du gouvernement (lire et lire) et que les importateurs souffrent d’un manque de liquidité (lire). Et pas de chances pour les exportateurs chinois, le commerce international ralentit fortement (lire). Selon les nouvelles données de l’agent d’immobilier Centaline, les ventes de logements d’occasion à Pékin chutent en mars à leur plus bas niveau en six ans. Les promoteurs immobiliers qui craignent une asphyxie du crédit ont trouvé une solution originale : ils rachètent des banques (lire)

En attendant les Chinois malins achètent massivement de l’or (lire et lire)

Japon

On le sait ce pays est obsédé par la déflation car il est vrai que dans la vision Keynésienne du monde la déflation est le mal absolu, il n’y a rien de pire. Ces économistes ne font sans doute pas leurs courses alimentaires et ne doivent payer aucune facture car l’homme de la rue, lui, ne voit aucun problème à devoir payer moins dans la vie de tous les jours. Dans un prochain billet j’exposerai pourquoi cette croyance est absurde mais en attendant le lecteur curieux peut déjà lire ceci (lire et lire). A vouloir dévaluer le yen à tout prix et augmenter les taxes, alors que les salaires baissent (lire), le Japon récolte les fruits: le prix du gaz est au plus haut depuis 5 ans (lire), le commerce plonge (lire), la production industrielle plonge (lire), les exportations plongent (lire et lire). La seule question est de savoir quand va commencer la débâcle de la dette souveraine japonaise (lire)

Pour terminer j’attire l’attention des lecteurs sur les prémices d’un phénomène que j’anticipe depuis longtemps: une flambée du prix de la nourriture (lire et lire). Sur fond de changement climatique et de troubles géopolitiques, le jour viendra où les capitaux se réfugieront dans des « actifs » où la demande est garantie, à savoir la nourriture. C’est absolument tragique mais la nourriture est considérée comme un actif financier comme un autre.

Mon but n’est pas de faire peur ni de déprimer les lecteurs mais de les prévenir. Pour ma part je suis convaincu que de nombreuses bonnes opportunités surviendront une fois que le système sera remis à plat.

Les opinions exprimées sur ce blog, par écrit ou sur les vidéos sont PERSONNELLES et ne représentent pas forcément les opinions de mon employeur.

Les sources utilisées sont souvent anglophones car l’Anglais est la langue de la finance mondiale

 

 

 

 

This post is also available in: Anglais

 

Les commentaires sont fermés.