The opinions expressed on this blog, written or on videos are PERSONAL and do not necessarily represent the opinions of my employer.
The story in the novel is a work of fiction, any resemblance to people, brands, institutions, events or real locations is purely accidental. The characters in the novel are imagined and do not necessarily express the views of the author.

En ce qui concerne l’Ukraine, la majorité des media gardent une vision que j’estime biaisée ; Ainsi on peut lire un peu partout qu’il y a bien quelques extrémistes en Ukraine mais ils sont minoritaires et n’ont rien à dire. La grande majorité des membres du gouvernement et du parlement sont des anciens extrémistes qui terminent leur mue pour devenir de vrais démocrates. Les problèmes de l’Ukraine viennent exclusivement de l’influence malfaisante de la Russie qui soutient les « pro-russes » dans le but d’empêcher des élections démocratiques et le retour de l’Ukraine vers l’Europe et les US. Loin de cette vision, l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder estime que l’Union Européenne est la principale responsable de la crise ukrainienne, en ayant obligé Kiev à choisir entre un avenir avec l’UE ou avec la Russie.

Bien entendu la communication russe sur le sujet est partiale et Putin n’est pas un saint mais les Russes présentent certains faits vérifiables que les média de l’Ouest ignorent. Impossible de le démontrer dans ce bref article mais la réalité est que les putschistes qui ont pris le pouvoir avec l’aide de l’UE et des US sont de véritables extrémistes (et pour certains des néonazis) qui haïssent tout ce qui est lié à la Russie. Même si le travail des journalistes est risqué (lire), il suffit de lire les blogs Ukrainiens, de voir les vidéos amateurs filmées sur place pour comprendre que la situation est en train de dégénérer en guerre civile car une partie des ukrainiens n’acceptent tout simplement pas ces putschistes néo-nazis et leurs milices. Les tragiques évènements d’Odessa marqués par une haine profonde et de la barbarie vont marquer un tournant et séparer la population en deux camps dans cette guerre civile (pour plus de détails lire). Il faut craindre que les élections qui vont se jouer entre deux oligarques extrémistes (Poroshenko and surtout Timochenko dont le discours s’est encore plus fortement radicalisé (lire et lire)  soient annulées et que la Russie soit tenue responsable ce qui augmenterait encore plus les tensions entre l’Otan et la Russie. C’est une partie très dangereuse qui pourrait dégénérer au niveau mondial qui se joue actuellement.

Pour les lecteurs francophones qui veulent un autre éclairage et une démonstration de l’étonnante partialité des grands média, Olivier Berruyer a publié sur son blog, http://www.les-crises.fr/ukraine/ une série d’articles très documentés, avec des sources variées et des vidéos. C’est très détaillé, accablant et je ne résiste pas à l’envie de reproduire son coup de gueule

« Donc en résumé: nos gouvernants soutiennent un putsch violent et meurtrier. Dès le lendemain, les putschistes s’amnistient. Un gouvernement est nommé. Pour simplifier à la française : il est composé de 30 % de Néonazis, 30 % de FN et 30 % d’UMP + 10 % de postes insignifiants pour la société civile (à priori, ils ne sont pas non plus très à gauche ces 2 ministres, de la Santé et de la Culture). Ça se passe (sans surprise si on a bien compris la phrase précédente) très mal – comme ils veulent un peu casser du compatriote russophone, ceux-ci réagissent, et le pays est déstabilisé. La situation s’envenime. 50 russophones meurent à Odessa, 100 à 200 dans l’Est, pour 20 pro-Kiev environ. Et là, nos gouvernants déclarent: si le gouvernement ukrainien actuel qu’on soutient, perd le contrôle de l’Ukraine, on va sanctionner la Russie !

Relisez-bien posément la phrase précédente…

Allez : un gouvernement néonazi arrive au Canada et veut y interdire le français. Ça fout le feu au Québec. Et la Russie dit: Si la Canada ne peut organiser son élection, on va sanctionner la France parce qu’ils parlent français !!! De quoi ???

Je ne veux pas défendre ici mordicus la Russie. Juste : chers gouvernements, ok, merci de donner les preuves irréfutables. Comme vous avez la NSA, ça devrait être très facile. P.S. Cependant, la dernière fois, avec les photos truquées du NYT, ça s’est vu…

Vraiment: de bonne foi cher lecteur, si vous pensez le contraire : quelle preuve décisive avez-vous VU (et non pas qu’un journal essaie de vous vendre depuis 2 mois, ou des “preuves secret-défense” des USA) que Poutine fomente les troubles à l’Est ? (parce que sérieusement, déclencher une guerre civile à sa frontière, avec un pays avec lequel on a beaucoup d’échanges commerciaux, et que vous voyez comme la source de votre patrie, euhhhh, c’est spécial comme logique…) »

Nous verrons ce qui va se passer le 25 mai …

Profitant de son alliance renforcée avec la Russie (lire et lire), la Chine avance ses pions en plaçant une station d’exploration pétrolière accompagnée de 7 bateaux de l’armée chinoise dans des eaux revendiquées par le Vietnam et que la Chine estime lui appartenir (lire et lire et lire). Quand on sait que le pétrole qui arrive en Chine transit principalement par le détroit de Malacca (lire) on comprend que la Chine souhaite, de manière générale, renforcer sa présence maritime. Ceci alors que l’activité économique chinoise continue de ralentir (lire et lire et lire et lire et lire) et que les bulles immobilières et de crédit continuent à montrer des signes de faiblesse (lire et lire et lire)

Aux US, la presse financière alternative a publié une série d’articles sur la bulle des prêts aux étudiants montrant que l’évolution des frais d’inscriptions universitaires a même été plus forte que l’augmentation du salaire des 1% les plus riches  (lire et lire et lire et lire)

A part cela pas grand-chose de spectaculaire dans le monde de la finance

La bourse aux US poursuit sa progression sous l’effet du quantitative easing et elle entraine les bourses européennes dans son sillage. Pour visualiser simplement le phénomène, il suffit d’imaginer une petite bourse avec quelques acteurs et quelques actions et supposons que quotidiennement les traders reçoivent une certaine somme à investir. Sur cette bourse, pour placer quotidiennement l’argent qu’il reçoit, un trader est bien obligé de racheter des actions de ses voisins et ceux-ci doivent faire de même avec les autres traders. On comprend aisément que dans ces conditions peu importe la réalité économique sous-jacente à ses actions, les cours vont monter aussi longtemps que les traders reçoivent de l’argent frais à placer. Mais une fois que cette manne quotidienne disparaîtra, les traders vont revoir leur portefeuille et se demander si la valorisation est en ligne avec la réalité économique. Aux US le quantitative easing se ralentit et viendra le moment où l’argent frais sera insuffisant pour maintenir la bulle boursière (lire).

En Europe les marchés se réjouissent à l’idée que la BCE pourrait elle aussi se lancer dans le quantitative easing (probablement sans résultat pour l’économie réelle lire). Cela, plus le fait que les banques doivent accumuler du collatéral de qualité,  que l’inflation des prix reste basse et que les gouvernements ont mis en place des politiques d’austérité, contribue à créer un climat euphorique et à expliquer les hausses boursières et surtout les taux souverains bas qui n’ont rien à voir avec la réalité économique.

La suite au prochain numéro …

Mon but n’est pas de faire peur ni de déprimer les lecteurs mais de les prévenir. Pour ma part je suis convaincu que de nombreuses bonnes opportunités surviendront une fois que le système sera remis à plat. Ce site donne des informations générales et ne contient aucun conseil en investissement. Le lecteur reste responsable de ses choix d’investissement.

Les opinions exprimées sur ce blog, par écrit ou sur les vidéos sont PERSONNELLES et ne représentent pas forcément les opinions de mon employeur.

Les sources utilisées sont souvent anglophones car l’Anglais est la langue de la finance mondiale

 

This post is also available in: Anglais

 

Les commentaires sont fermés.